Découvrir

La cité médiévale de Lauzerte

 
Cité médiévale de Lauzerte

« Reste ici, loin du bruit, du monde et des fièvres
Et bientôt, je le crois, tu me diras merci
Si tu fais un séjour en ce coin de Quercy ! … »
Invitations, Pierre Sourbié (1906-1985)

A la découverte de l'un des Plus Beaux Villages de France

« Un des Plus Beaux Villages de France »

Lauzerte compte depuis avril 1990 parmi les villages classés « Plus Beaux Villages de France », villages retenus pour la qualité de leur patrimoine, de leur architecture et de leur environnement. L’acquisition du label fait l’objet d’une sélection rigoureuse. Elle n’est jamais définitive, des efforts constants sont exigés pour en conserver le titre.

En Tarn et Garonne, trois villages ont ce fameux label : Auvillar (également situé sur le chemin vers Saint Jacques de Compostelle) et Bruniquel.

www.les-plus-beaux-villages-de-france.org

« Halte sur le chemin de Saint Jacques de Compostffelle »

Chemin historique, légendaire, de spiritualité et de confluence socio-culturelle, la Via Podiensis, « Premier Itinéraire Culturel Européen », inscrite au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, est parcouru par le GR 65, sentier de grande randonnée.
Venant du Puy-en-Velay (Haute-Loire), il traverse le Tarn-et-Garonne sur 53 km.
Trois villes et villages, référencés comme « Halte sur le Chemin de St Jacques de Compostelle », ponctuent l'itinéraire où les pèlerins trouvent un point d'information et une structure d'accueil adaptés à leurs attentes : Lauzerte, Moissac et Auvillar.
Le GR 65 marque l'entrée du Chemin dans le département sur la commune de Sainte Juliette.
L'itinéraire offre sur toute sa traversée une grande variété d'entités paysagères qui ne dément pas l'image de « mosaïque de paysages » caractérisant le Tarn-et-Garonne.

www.chemins-compostelle.com

"A l'origine, la colline de Lauzerte était un oppidum gaulois. Son nom actuel date des environs de l'an Mil. Tiré du latin «lucerna», lampe, il désigne une position idéale, visible de loin comme une lumière.
A la fin du XIIe siècle, le comte de Toulouse reçut la colline en don afin d'y bâtir un castelnau, une cité protégée par un château. La fondation, d'un intérêt stratégique et économique, connut un succès immédiat. Deux cents lots à bâtir furent distribués aux colons, attirés par les libertés consenties. Lauzerte, vers 1200, s'étirait le long d'une unique rue, au nord, tandis qu'un chemin contournait le plateau au sud. Entre les deux, l'espace fut rapidement occupé et la place créée sur le modèle de Montauban. Des faubourgs achevèrent plus tard l'urbanisation du site fortifié.
Étape des pèlerins de Compostelle, cité commerçante, peuplée et riche, comme en témoignent ses maisons médiévales, Lauzerte reste aujourd'hui l'un des plus beaux et des plus exemplaires catelnaux de hauteur fondés dans le Midi.
Placée au cœur de l'appellation Chasselas et de la zone de production des Melons du Quercy, Lauzerte veille en effet sur une campagne appétissante où les chemins louvoient entre plateaux calcaires et vallons. Ces derniers prennent au fil des saisons les couleurs des arbres fruitiers, du tournesol, du maïs, de la vigne, de la lavande, ...
La richesse du petit patrimoine local où domine l'éclat de la roche calcaire (pigeonniers, moulins, chapelles isolées, fermes cossues, ...) fait écho au charme de Lauzerte.
La ville haute, exemplaire de l'architecture médiévale, organise ses maisons autour de l'église St-Barthélemy et de la place des Cornières, l'une des plus belles de la région. Les remparts évoquent le rôle joué par Lauzerte, tiraillé entre les Anglais et les Français lors de la guerre de Cent Ans. Les demeures anciennes, de style gothique ou d'époque Renaissance, rappellent que la cité fut aussi un paradis pour riches magistrats et marchands prospères. Ces derniers savaient défendre le privilège de leur qualité de vie. Lauzerte continue aujourd'hui sur cette voie, au grand plaisir de ses visiteurs. "

Comité Régional du Tourisme de Midi Pyrénées.

Itinéraire de la bastide

Place des Cornières

De dimensions modestes (35x30m), elle s’étend là où le sommet de la butte, en s’élargissant, offre les plus grandes possibilités d’aménagement. Lieu de vie communautaire de la bastide par excellence : marchés, annonce des décisions consulaires, lieu de spectacle, lieu d’exécution. Bordée d’arcades en plein cintre, en anse de paniers sur trois de ses côtés et de maisons s’échelonnant du XVème s. au XVIIIème s., la place possède une maison d’angle qui lui confère le nom de cornière.

Église Saint Barthélemy

Elle s’insère, de manière inhabituelle, perpendiculairement à la place. De l’édifice primitif du XIIIème s., il ne reste plus que la première travée et le portail donnant sur la place. L’église, lors des différents travaux de reconstruction et d’agrandissement, a été désorientée. On peut y lire les différentes campagnes de travaux. Mobilier intéressant : stalles, tableaux, retable baroque, lambris peints attribués à Joseph Ingres et ses élèves, orgue de chœur.

La Barbacane

Après les grandes périodes de trouble, cet ouvrage militaire défensif qui protégeait la Porte d’Auriac des assauts du faubourg, a laissé place à une esplanade poétique. La magnificence du lieu a d’ailleurs inspiré un poète local :

« De l’antique rempart qui domine la plaine
Où le long ruban vert du Lendou se déploie,
On peut voir tous les soirs, montant de chaque toit,
De petites fumées qui leur font une haleine … »

La Barbacane, Pierre Sourbié (1906-1985)

Jardin du Pèlerin

Cet aménagement inédit retrace l’histoire et le parcours initiatique du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle.
Le Jardin se présente comme un jeu de l’oie. Un sentier parsemé de cases et de panneaux numérotés permet aux joueurs ou promeneurs de se déplacer en suivant des étapes qui racontent le quotidien du pèlerin.
Entrée libre toute l'année, dépliant et jeu de dés disponibles à l'Office de Tourisme.

Grand Rue et Rue de la Garrigue : les maisons médiévales.

Lauzerte est loin d’être fidèle au tracé en damier type d’une bastide. La configuration du site explique cette adaptation. Deux rues longilignes épousent les contours du relief et sont entrecoupées de petites rues transversales. Elles sont bordées de maisons de marchands en pierre de taille blanche datant des XIIIème et XIVème s. qui témoignent d’une période faste de construction civile dans la bastide. Elles rappellent l’époque prospère où Lauzerte jouait le rôle de grenier de la ville de Cahors. L’unité de leurs façades est toujours lisible sous les transformations : au rez-de-chaussée, deux ouvertures en ogive (la grande réservée à la boutique et la petite à l’accès du logis), un entresol éclairé de fenestrous pour entreposer les marchandises, un 1er étage dévolu à l’habitation, partie la plus noble de la maison qui s’ouvre sur deux fenêtres géminées avec chapiteaux sculptés et les combles avec un oculus.

Place de la Brèche

Nommée ainsi en référence aux différentes prises de la ville par ce lieu (Anglais pendant la guerre de Cent Ans et protestants pendant les guerres de religion).
Fontaine et pyramides en céramique de Jacques Buchholtz dans le jardin au-dessous.

Rue de la Mairie et Rue du Château

2ème artère principale de la bastide. Elle correspond au 1er parcellaire d’habitations du Castelnau, le plus remanié par la suite. Habitations datant du XVIIIème s. avec des vestiges médiévaux (portes, fenêtres …). Coin des puissants, opposé aux faubourgs (quartiers populaires et des tanneurs).

Place du Château

Permet d’apprécier la position stratégique et naturellement défensive de Lauzerte, jadis place forte surveillant au nord la vallée de la Barguelonne et à l’est la vallée du Lendou. Cette place marque l’emplacement de l’ancien château.

Promenade de l'Eveillé

Créée au XVIIIème s. sur les anciens fossés, cet aménagement répond à la volonté des Consuls (administrateurs de la bastide) d’offrir aux habitants un lieu de promenade et de foire aux bestiaux.
Les façades extérieures des maisons, ancrées dans le rocher, faisaient office de rempart.

Eglise des Carmes

Au pied de la ville, à la sortie du Faubourg d'Auriac. Créée suite à l'installation des Carmes au XIVème s. Relevée au XVIIème s., suite aux guerres de religion et remaniée au XIXème s. Retable baroque, orgue de chœur, chaire.

De Terre et de Feu

Lauzerte, si chère à Jacques Buchholtz, céramiste d’art de renommée internationale (disparu trop tôt aux yeux de tous ceux qui l’ont connu), qui l’inspira tant, expose partout son talent. Amoureux de poésie, il aimait cette phrase de René Char : « Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver ». Ses « traces », ses œuvres de céramique se laissent admirer au fil des rues médiévales.

Invitations à rêver ...
Tapis mural en grès, office de tourisme,  51 tapis de grés émaillés, esplanade de la Barbacane, Coin relevé, place des Cornières, Village en grès, cour intérieur de la mairie, Pyramides et fontaine en grès émaillés, jardin de la Brèche, « Inaccessible », totem de grès, Espace Points de Vue, Plaques des noms de rues

Le coin relevé de la place des Cornières

Original, insolite, il ne laisse personne indifférent. Création artistique réalisé fin 1988 par le céramiste mondialement connu Jacques Buchholtz, avec pavés de grès, bordures de calcaire, structure en béton armé de 4 tonnes en porte à faux et carrelage industriel.

« Un carré de lumière, au milieu d’une bastide, un carré de pierres et de terre assemblées en quadrillage de pavés.
Un carré minéral – soulevé dans un angle comme sous un coup de vent déterminant au sol un chatoiement de couleurs, pour mieux illuminer le regard – soulevé dans un angle comme une montée vers le ciel.
Un appel vers d’autres rêves, un tremplin vers le surnaturel.
Il faut savoir se laisser porter et simplement ressentir l’émotion. »

De Fer et de Feu

Lauzerte une quinzaine d’enseignes en fer forgé façonnées par Sylvain Soligon, ancien ferronnier d’art, qui lui confère un charme intemporel : enseignes de bistrots, le coq et le chat (vétérinaire), enseigne représentant un homme et un compas (géomètre), enseigne représentant un scribe (notaire), enseigne-girouette de l’office de tourisme … . Son fils Didier et d’autres ferronniers d’art récemment installés perpétuent la tradition avec de nouvelles réalisations.

Enseigne des 3 capucins - rue de la barbacane

Un capucin : moine assis appartenant à l’ordre des capucins
Un capucin : nom donné au cuiller, dans la main du moine, qui servait à recueillir le jus pour arroser la viande.
Un capucin : autre nom pour désigner le lièvre représenté sous la chaise.

village de lauzerte

 

Visites guidées thématiques pour découvrir la cité médiévale,

 

"Visites guidées de Lauzerte"
Découvrez le castel fondé par raymond V, compte de Toulouse.
Tout public, individuels, familles et groupes (sur réservation toute l'année avec tarifs de groupe).

"Ronde de nuit aux flambeaux"
Découvrir l'architecture et l'histoire de Lauzerte de manière insolite.

"L'art de la table au moyen age"
Que mangeait-on au Moyen age? Visite de la cité, reconstitutions de tables et dégustation de produits locaux en fin de parcours.